Textes

Vous n’auriez pas l’Alsace et la Lorraine….si les Ricains n’étaient pas allés dans le Loir-et-Cher

05fb2dd6e047de1f013988c65f44aae6-300x300

Cet ouvrage de fiction permet de bien situer l’attitude et l’apport des USA pour la période de toute la Première Guerre mondiale (dans une fiction et les pages documentaires). En effet dans le village du jeune héros Jules (apprenti boulanger, orphelin de père dès avant 1910) s’installe un camp pour accueillir des soldats américains en partance pour le front. Ainsi la mémoire de l’utilisation de ce lieu, au bord de la voie ferrée Tours-Vierzon et situé précisément sur les communes de Gièvres et Pruniers (tout près de Romorantin dans le sud du Loir-et-Cher), est-elle valorisée. Les baraquements servaient à loger les soldats qui venaient là pour subir un entraînement mais ils étaient utilisés également comme lieu de stockage. Il y avait là des ateliers de montage des avions "Liberty" et ceux-ci étaient ensuite testés par des pilotes américains. L’aviation française prit possession du terrain de Pruniers, qui devint la base aérienne EAA 602.

Le livre démarre d’ailleurs en août 1914 avec l’arrivée des premiers sammies (appelés ainsi par référence à l’oncle Sam). Un jeune infirmier américain noue des relations privilégiées avec Jules et Anne une jeune villageoise, de l’un il se fera un ami et de l’autre une épouse. Le nombre de mariages franco-américains furent d’ailleurs d’une bonne vingtaine sur la commune de Gièvres et il y en eût également dans des villages voisins. Outre cette dimension franco-américaine, "Un frère d’Amérique : 1917-1919" permet de voir comment s’organise la vie villageoise en l’absence des hommes les plus forts (partis au front) et sous quelle forme est approchée l’univers de la guerre et de ses conséquences (le héros doit faire face à l’annonce de la mort de son frère aîné). Signalons que le musée de l’amitié franco-américaine de Blérancourt en Picardie aura été en travaux pendant près de dix ans et que sa réouverture complète est prévue fin 2014.

(Alain CHIRON)
"Un frère d’Amérique : 1917-1919" de Philippe Barbeau et Christian Couty. Nathan, 2008. 119 pages. 5, 50 euros.

About these ads

Une réflexion sur “Vous n’auriez pas l’Alsace et la Lorraine….si les Ricains n’étaient pas allés dans le Loir-et-Cher

  1. Ping : Vous n’auriez pas l’Alsace et la Lo...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s