Actualités

Gueules cassées

https://i2.wp.com/www.bedetheque.com/Planches/PlancheA_159722.jpg

Le titre de cet album est très réducteur par rapport au contenu puisque les traumatismes de guerre qui perdurent au-delà de l’armistice sont outre le visage défiguré (ici d’un ex-soldat allemand devenu boxeur professionnel à Paris), l’amnésie d’un ancien militaire britannique résidant à Calais. C’est un trafic d’objets ramassés (dans ce cas une montre à gousset) sur les champs de bataille en 1919 qui va vraisemblablement réunir ces deux personnages et un troisième Augustin un ancien combattant français apparemment sorti moins meurtri des combats, même s’il a été blessé lors de la bataille de la Somme en juillet 1916 et qu’il est hanté régulièrement par des cauchemars.

Les trois personnages principaux prévoient parallèlement de se rendre en Angleterre à la fin de ce tome mais leur séjour respectif pourrait bien être contrarié par un dandy anglais qui s’est illustré jusqu’alors comme un chef de bande de malfaiteurs. Le graphisme sobre permet de dépeindre de façon pertinente tant les quartiers parisiens des Halles et de la Villette à la Belle Époque (avec des vues sur le Canal de l’Ourcq qui renvoient au film Jenny de Marcel Carné sur un scénario de Prévert sorti en 1936) que la violence des combats sur le front et les affrontements très brutaux qu’Augustin mène contre les hommes du dandy. Les couleurs pastel avec des dominantes de vert pour la journée et de bleu pour la nuit rendent une atmosphère feutrée où la violence exprimée dans les scènes perd de son intensité.

Il est à noter qu’est sorti en noir et blanc chez La Boîte à bulles une maison d’éditions antonienne assez centrée sur la promotion de nouveaux auteurs un album Gueule d’amour, généralement bien reçu dans un monde de la BD (où le scénario apparu original à des critiques peu informé de certaines réalités historiques) et nettement moins par l’univers des historiens (qui apprécièrent toutefois les pages documentaires réalisées par une universitaire). Aucun professionnel de l’enseignement primaire ou secondaire ne se risquera à mettre cette BD Gueule d’amour à la disposition des mineurs.

Cet album aborde le fait sociétal des gueules cassées essentiellement par le biais de leur sexualité ; si le contenu du dialogue de l’un d’entre eux avec une prostituée pose déjà des problèmes, le mise en scène d’une gueule cassée dans une séance de sadomasochisme (couvrant de nombreuses vignettes au contenu très explicite) où par son aspect il a une place de choix et est fortement apprécié pour ses caractéristiques (à l’instar de son compagnon africain) tend vers l’insoutenable au niveau moral. Il est à noter que le 10 juin 2012 l’émission Au fil de l’histoire de France Inter a consacré une émission sur le sujet ; sur cette même antenne la feu-émission 2000 ans d’histoire en avait fait de même en octobre 2009.

Weissengel ; Cassier. Gueules cassées, 1 Au bénéfice des lâches. Cleopas, mars 2012. 48 pages. 13, 50 euros. À partir de 10 ans. ISBN 97829117283349.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s